Le Sacre après Pina


« Pour Corinne Malfreyt s’inspirant de la chorégraphie de Pina BAUSCH « Le sacre du printemps » d’Igor STRAVINSKI, l’espace entre les corps est encore de la danse. Elle installe sur ses toiles une architecture de rythmes et de nuances chromatiques, déclinaison de gris parfois ponctuée de rouges résonnances où l’élan des danseurs cherche et trouve sa place.

Correspondance du fond et des formes, pour rendre l’émotion ressentie, la matière colorée, dans les limites suggérées du dessin, danse, palpite et vibre en cadences harmoniques, en équilibres fragiles, l’instant de la composition.

Pas de « terre » ni de « ciel » seulement « un bas » et « un haut » entre lesquels des corps écartelés cherchent, comme autant de cellules, dans un tropisme incessant, l’universelle fusion. »

                                                                                                                                                                   Piero Cavalleri, critique d'art, www.passeart.fr


THE RITE AFTER PINA ...

" For Corinne Malfreyt inspired by Pina BAUSCH's choreography" The Rite of Spring "by Igor STRAVINSKI, the space between the bodies is still dance.

Corinne Malfreyt installs on her paintings an architecture of chromatic rhythms and nuances, declination of gray sometimes punctuated by red resonance where the dancers' momentum seeks and finds its place.

Correspondence of the background and the forms, to make the emotion felt, the colored matter, within the suggested limits of the drawing, dances, pulsates and vibrates in harmonic cadences, in fragile balances, the moment of the composition.

No "earth" or "sky" only "a low" and "a high" between which bodies quartered seek, like so many cells, in an incessant tropism, universal fusion."

                                                                                                                                                                 Piero Cavalleri, art critic, www.passeart.fr